Le Courrier d'Arhotabba

"Le courage existe seulement où il y a du bon sens et non l'emportement irraisonné du moment". René Ouvrard

        Au-delà de l'évidente contribution d'Arhotabba à la découverte du kaléidoscope culturel afar, notre tribune ambitionne également de fédérer les démarches éparses dans le cadre de la nécessaire réflexion sur le devenir et l'épanouissement de notre communauté au sein de la nation djiboutienne mais également d'instaurer un dialogue véritable et sincère entre les différentes composantes de cette même famille et cela au delà des contingences et des vicissitudes de l'actuelle situation.

        Le but n'étant point de se lancer dans de violentes philippiques ou dans des invectives incendiaires à l'égard d'un tel ou un tel... C'est un diagnostic global que nous nous devons de réaliser...

        Dans les pays occidentaux, le pluralisme politique avait prospéré au sein de sociétés cohérentes, où un fort d'un consensus social existait, pour qu'on put tolérer une opposition sans mettre en péril la survie de l'état! Mais lorsqu'une nation n'existe pas encore ou lorsque son système de fonctionnement, de valeur est complètement bouleversé, toute opposition apparaît comme un danger compromettant son avènement, surtout lorsqu'il n'existe pas de société civile!

        Dans ces conditions, la tentation est trop forte souvent irrésistible d'associer opposition et trahison.

       La liberté n'est pas une aumône, c'est un droit irréfragable...

        L'état, qui se doit de préserver sa neutralité, ne devrait pas intervenir dans le champ culturel, puisqu'il est impensable qu'un consensus puisse exister en cette matière! C’est au nom du même principe d'équité (qui commande de traiter également tous les citoyens) que l'état doit éviter de promouvoir la culture d'un groupe donne! C’est Rawls qui énonçait que "la justice libérale ne saurait sans se contredire, reconnaître des droits culturels collectifs"!

        Il faut savoir séparer le bon grain de l'ivraie. Il ne suffit plus de frapper à doses homéopathiques ou d'espérer que des tactiques à court terme continueront d'être payantes...On ne peut continuellement épiloguer avec componction sur le ralliement des brebis égares...

        Dans cette optique, l'équipe d'Arhotaba se propose dorénavant de donner corps à cet esprit à travers une nouvelle rubrique:"Le courrier d'Arhotaba": une kyrielle d'articles de presse, une synthèse hebdomadaire de vos commentaires, de vos avis et enfin l'éditorial ou nous tenterons d'aborder un sujet particulier ou un article qui aura focalise notre attention, seront désormais les ingrédient du "Courrier d'Arhotaba".

        Nous espérons donc que chacun d'entre vous, jeunes et moins jeunes ,contribueraient de manière décisive à faire évoluer le débat...Il a toujours été préférable de resserrer les divergences dans une atmosphère de confiance...Un schéma thérapeutique ne s'improvise pas!!!

A vos plumes.....

L'EQUIPE D'ARHOTABA

Janvier 2001


haut de page (double-clique)